Avez-vous déjà visité la boutique et le musée Bigallet?

Fondée à Lyon en 1872 par Félix Bigallet, la célèbre fabrique de sirops, liqueurs et apéritifs est installée depuis 1885 à Virieu-sur-Bourbre (38730).

C’est dans une partie de l’historique maison familiale qu’ont été installés le musée et la boutique. Ils sont ouverts au public du lundi au jeudi, de 8h à 12h et de 13h30 à 18h, ainsi que le vendredi de 8h à 12h.

Ce bel espace convivial a été agencé par la société Créamob situé à Saint-Blaise-du-Buis (38140).

Une jolie idée de promenade gourmande…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus d’images d’agencement intérieur

Qu’est-ce qu’une note d’auteur?

La note d’auteur est une pièce comptable au même titre qu’une facture classique.
Elle peut être émise par tout photographe, professionnel comme amateur, en sa qualité d’auteur d’une œuvre protégée.

La note d’auteur, ou note de cession, est considérée comme un contrat passé entre le photographe et son client.
Elle doit mentionner la mise en œuvre du projet, le détail des conditions de cession, la rémunération artistique et les contributions diffuseur. Éventuellement les frais de production.

  1. La mise en œuvre correspond à la description du projet (type de prises de vues, post-production…)
  2. Les conditions de cession mettent en application les dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle qui encadre les activités des artistes auteur, ce sont les droits d’auteur. Ils se partagent en deux grandes catégories: les droits moraux et les droits patrimoniaux.
    • Les droits moraux (droit de divulgation, droit à la paternité, droit au respect de l’œuvre, droit de retrait et de repentir) sont attachés à la personne de l’auteur et ne peuvent être exercés de son vivant que par lui-même. Ils sont inaliénables, perpétuels et imprescriptibles, transmissibles aux ayants droits après décès de l’auteur.
    • Les droits patrimoniaux (droit de reproduction, droit de représentation, droit d’exposition) sont les seuls qui peuvent être cédés.
      Le  CPI dispose que « chacun des droits cédés doit faire l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession ».
      La loi prévoit également que « le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée ».
  3. La rémunération artistique correspond à la somme du tarif de la mise en œuvre et du tarif de la cession des droits.
  4. Les contributions diffuseur de 1% et 0,10% sont des taxes à la charge du client qui sont à reverser à l’Association pour la GEstion de la Sécurité Sociale des Auteurs.
  5. Les frais de production sont toujours en plus et à part de la rémunération de l’auteur sous forme de remboursement de frais. Il s’agit des frais de stylisme (achats divers pour la composition de l’image), de la rémunération d’un modèle ou d’un intervenant extérieur, des frais kilométriques et d’hébergement…

Cet article est issu des recherches et des expériences personnelles de l’auteur. Certaines informations peuvent être incomplètes ou erronées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Un photographe peut en cacher un autre

En 2014, comme les deux années précédentes, la profession de photographe a été élue « Métier préféré des français » par le magazine Orientations. Pourtant, comme nombreux de mes confrères, je constate régulièrement qu’il est bien mal connu.

Être photographe indépendant c’est concevoir, mettre en œuvre et produire des images pour en vivre (oui, bizarrement cette notion nécessite d’être régulièrement rappelée: le photographe professionnel ne cède pas gratuitement les fruits de son travail!).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à Mon maçon était illustrateur qui autorise l’utilisation de ses visuels dans un but pédagogique. Je vous invite à visiter l’une ou l’autre de ses pages bien connues des créatifs. Des situations souvent rencontrées dans mes pratiques photographiques et graphiques. Un constat piquant et réaliste révélé avec humour. monmacon.tumblr.com – www.facebook.com/MonMaconEtaitIllustrateur

Un métier, une multitude de photographes.

Pour devenir photographe professionnel il faut d’abord choisir le statut sous lequel exercer.
Celui-ci dépend du type d’usage et du mode de diffusion qui sera fait des photographies réalisées.

Qui sont les photographes professionnels?

  • Le photographe artisan travaille majoritairement pour les particuliers. Il dispose généralement d’une boutique, il y vend et/ou répare du matériel photographique, développe des images argentiques ou numériques…
    Il réalise également tout type de prise de vue comme la photographie dite « sociale » (événements familiaux, photographie scolaire, portrait d’identité) et éventuellement des photographies destinées aux professionnels.
    La rémunération de son travail se fait par le biais de l’établissement de factures, mais il ne lui est pas interdit de produire également des notes d’auteur dans le cadre de commandes provenant de professionnels.
  • Le photographe auteur (c’est mon cas) travaille majoritairement pour les professionnels. Ses images sont destinées à être exposées, publiées, diffusées au public à des fins d’information, de publicité ou de commercialisation.
    Il ne peut pas faire de photographie sociale ou de commerce destiné directement aux particuliers. En revanche, il peut leur vendre ses créations artistiques comme tirages d’art limités à 30 exemplaires numérotés et signés.
    La rémunération de son travail se fait par le biais de l’établissement de notes d’auteur.
  • Le photojournaliste travaille pour la presse, et dispose d’un statut de pigiste.
    La rémunération de son travail se fait par le biais de fiches de paie et il dispose des mêmes droits que les salariés.
    Les travaux commandés par les organismes de presse et payés en droit d’auteur sont illégaux.

NB: Tout photographe, qu’il soit amateur ou professionnel, est créateur d’une œuvre de l’esprit et peut faire valoir sur ses photographies ses droits d’auteur, un statut particulier protégé par le Code de la Propriété Intellectuelle.
À ce titre, il peut produire une note d’auteur, il est alors assujetti à l’Agessa. Il devient affilié dès que son activité devient professionnelle et qu’il en fait la demande.

Cet article est issu des recherches et des expériences personnelles de l’auteur. Certaines informations peuvent être incomplètes ou erronées. 

Diptyques éditoriaux

Je commence cette nouvelle année par un hommage aux belles rencontres qui me sont offertes lors des prises de vues de portraits.
Ici dans une rétrospective sous forme de diptyques, quelques-uns des portraits éditoriaux réalisés pour le Voiron mag entre 2013 et 2014.
Voir ou revoir l’ensemble des publications de la ville sur le site de Voiron.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma photo de profil

 Vous n’avez qu’une seule chance
de faire une bonne première impression  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour vos profils de réseaux sociaux professionnels et privés FacebookViadeoLinked InTwitterMeeticCopains d’avant etc… ou CV print et web
Mise en valeur de votre physique et de votre personnalité.

  •  Séance photo studio sur fond blanc ou noir dans vos locaux professionnels ou à votre domicile.
    Durée: 1 h de prise de vues + 1 h de montage et démontage du studio mobile (cette opération ne mobilise pas votre temps)
  • Sélection sur place de 2 photos à traiter
  • Post-production (développement numérique)
  • Livraison des photos par mail sous 48 h.
  • Fichiers .jpeg, 72 dpi / 400 x 500 pxl pour le web ou 150 dpi / 6 x 10 cm pour les CV print
  • Option retouche beauté

Plus d’infos, tarifs et détails cession de droits

Plus d’infos sur les prestations de portraits

Page 5 sur 7« Première page34567